June 29, 2022

Liberté d'expression du salarié : le dénigrement de l'employeur dans la sphère privée constitue une limite

Liberté d'expression du salarié : le dénigrement de l'employeur dans la sphère privée constitue une limite
Le salarié dispose d'une liberté d’expression à l’intérieur et en dehors de l’entreprise.
 
Les seules restrictions qui peuvent être apportées à cette liberté doivent être justifiées par la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché.
 
La liberté d’expression du salarié, comme de tout citoyen, trouve également ses limites dans l’interdiction de tenir des propos diffamatoires, injurieux, ou menaçant à l’égard de collègues de travail ou de supérieurs hiérarchiques.
 
De tels propos sont jugés contraires aux obligations de bonne foi et de loyauté prévues par l’article L1222-1 du Code du travail.
 
Ils peuvent également être constitutifs d’un manquement à l’obligation de préserver la santé des salariés si l’employeur ne prend aucune mesure (préventive ou sanction disciplinaire) pour les éviter ou les réprimander (article L.4121-1 et L.4122-1 du Code du travail).
 
La Cour de cassation vient récemment de juger que les propos tenus en dehors du temps et du lieu du travail, adressés à un autre salarié de l'entreprise afin de donner une mauvaise image de ses dirigeants et créer un malaise entre ces derniers et les membres du personnel, constituent un manquement du salarié à son obligation de loyauté découlant de son contrat de travail, et une cause réelle et sérieuse de licenciement (Cass. Soc., 15/06/2022, n° 21-10.572).
 
Dans cette affaire, une salariée avait indiqué à l’un de ses collègues, en dehors de leurs horaires de travail, et face à deux de ses amis, que les dirigeants qui les emploient ont affirmé que celui-ci était « le plus mauvais peintre qu’ils avaient pu avoir ».
 
Les dirigeants ont contesté avoir tenu ces propos blessants et humiliants, mis à pied et licencié la salariée pour faute grave.
 
Le Conseil de prud’hommes et la Cour d’appel ont retenu les arguments de défense invoqués par l’employeur au quadruple motif que :
 
- La salariée avait tenu, à un collègue et en présence de tiers, des propos dénigrants à l'égard des dirigeants de la société.
- Ce qui est de nature à diffuser une mauvaise image de l'entreprise et de ses dirigeants et à créer un malaise caractérisant une violation de l'obligation de loyauté découlant du contrat de travail.
- La tenue de tels propos, en dehors du temps et du lieu de travail, constituent un manquement à l’obligation de loyauté découlant du contrat de travail.
- En conséquence, l’atteinte à l’image de l’entreprise justifie le licenciement pour cause réelle et sérieuse.
 
La Cour de cassation a considéré que la Cour d’appel qui a relevé que l'affirmation publique selon laquelle l'employeur aurait tenu de tels propos constituait un dénigrement, a fait ressortir le caractère diffamatoire de ces propos et a pu en déduire que la salariée avait abusé de sa liberté d'expression.
 
Par cet arrêt, la Cour de cassation confirme sa jurisprudence quant aux limites à la liberté d’expression du salarié : les propos diffamatoires justifient un licenciement disciplinaire lorsqu’ils créent un trouble caractérisé à l’image de l’entreprise.
 
Ce qu’il faut retenir : le salarié doit faire preuve de prudence lorsqu’il rapporte des éléments sur son employeur même dans un cadre privé, s’il n’est pas en capacité de prouver ce qu’il rapporte. La limite entre liberté d'expression, critique légitime et dénigrement fautif relève d’une interprétation au cas par cas.
Share on
By Philippe Veber October 12, 2022

Ali Karimi poursuivi par la justice iranienne pour avoir encouragé les manifestations

Le courage.   L’ancien joueur du Bayern Munich a été poursuivi par la justice iranienne pour avoir encouragé les manifestations qui ont pris place en Iran après la mort de Mahsa Amini.   Le joueur iranien Ali Karimi qui vit depuis plusieurs mois aux Émirats Arabes Unis a multiplié les prises de position sur ses […]

Read more
By Philippe Veber October 12, 2022

Clap de fin pour Franck Ribery

Le 14 aout 2022, Franck Ribéry disputait son ultime match de sa carrière avec la Salernitana. Le milieu offensif aura joué au total 36 minutes durant ce match, les dernières minutes de sa carrière professionnelle.   Absent depuis mi-aout, l’ancien joueur français a subi de nombreux examens qui finiront par confirmer la même chose : les […]

Read more
By Philippe Veber October 12, 2022

Griezman : transfert bouclé

Le 4 octobre 2022, l’Atlético de Madrid et le FC Barcelone ont trouvé un accord de principe.  Antoine  Griezmann devrait signer avec le club de Madrid jusqu’en juin 2026 pour 20 millions d’euros avec un bonus de 5 millions d’euros en fonction de divers objectifs sportifs.   Le Real de Madrid avait vendu Antoine Griezmann […]

Read more
By Philippe Veber October 06, 2022

Quelle équipe nationale pour Joel Embiid ?

Cela fait maintenant deux mois que Joel Embiid, célèbre pivot des Philadelphia Sixers, a obtenu la nationalité française. Pourtant le basketteur a confié le jeudi 29 septembre à Associated Press être désormais un citoyen américain.   Joel Embiid sera-t-il sélectionné en équipe de France pour les JO de Paris 2024 ?   Le pivot de […]

Read more
By Philippe Veber October 06, 2022

Bernie Ecclestone jugé pour fraude fiscale

La Formule 1 rapporte mais peut coûter cher.   Le procès pour fraude fiscale de l’ancien patron de la Formule 1 débutera  le 9 octobre 2023.   Bernie Ecclestone a préalablement comparu le 4 octobre devant la Southwark Crown Court de Londres.   Il lui est reproché  de ne pas avoir déclaré au fisc britannique […]

Read more
By Philippe Veber October 06, 2022

Pas de faute grave pour Eduardo Macia

En juillet 2020, l’ancien directeur sportif de Bordeaux Eduardo Macia était licencié pour faute grave, seulement un an après son arrivée.   Le 16 septembre 2022, le conseil des prud’hommes de Bordeaux a rendu son jugement : l’ancien directeur sportif des Girondins a obtenu gain de cause.   Le club des Girondins avait pris la […]

Read more
All our news Brèves