April 01, 2020

Contrats des affaires - Force majeure et imprévision : les réflexes à adopter

Contrats des affaires - Force majeure et imprévision : les réflexes à adopter
Il existe un immense décalage entre ce que les annonces, conçues pour le journal de 20 heures, amènent penser et la réalité du terrain.
A titre d’exemple, à ce stade, la suspension des loyers commerciaux n’a pas été ordonnée.
L’article 4 de l’ordonnance n° 2020-316 du 25 mars 2020 prévoit énonce :
« Les personnes mentionnées à l’article 1er ne peuvent encourir de pénalités financières ou intérêts de retard, de dommages-intérêts, d’astreinte, d’exécution de clause résolutoire, de clause pénale ou de toute clause prévoyant une déchéance, ou d’activation des garanties ou cautions, en raison du défaut de paiement de loyers ou de charges locatives afférents à leurs locaux professionnels et commerciaux, nonobstant toute stipulation contractuelle et les dispositions des articles L. 622-14 et L. 641-12 du code de commerce. Les dispositions ci-dessus s’appliquent aux loyers et charges locatives dont l’échéance de paiement intervient entre le 12 mars 2020 et l’expiration d’un délai de deux mois après la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire déclaré par l’article 4 de la loi du 23 mars 2020 précitée. »
L’obligation de paiement des loyers subsiste. En cas d’impossibilité de payer, la rupture du bail notamment ne peut être prononcée pendant un certain laps de temps. C’est une sorte de répit accordé, voire l’équivalent d’un report des loyers sans conséquences radicales immédiates pour une certaine durée, mais en aucun cas, une suppression des loyers durant la période concernée.
De toute évidence, les circonstances exceptionnelles actuelles qui ralentissent fortement l’économie, voire la mettent à l’arrêt dans certains secteurs, sont donc susceptibles d’impacter les contrats conclus antérieurement, juste avant, ou pendant la crise sanitaire.
La loi (article 1218 du Code civil) et la jurisprudence définissent les conditions de la force majeure (extériorité, imprévisibilité et irrésistibilité). Le recours à la force majeure peut permettre selon les cas, la suspension de l’exécution d’un contrat, ou sa résiliation, du fait de l’impossibilité de l’exécuter.
Sauf exception (une ordonnance issue de la loi d’urgence aménage le sort de certains contrats dans le secteur du tourisme), aucune conclusion globale ne peut être livrée de manière pertinente à ce stade. Il existe encore beaucoup d’inconnues (par exemple, la date à laquelle on pourra considérer que la crise sanitaire était prévisible compte tenu des circonstances connues = en janvier ? en février ? le 15 mars ? Si un contrat a été conclu le 15 mars 2020, il sera impossible d’invoquer la force majeure ; le caractère imprévisible de la crise ayant disparu au moment de la conclusion du contrat.).
Il convient également de rappeler que la renégociation d’un contrat peut être envisagée sous le bénéfice de l’imprévision (article 1195 du Code civil) si un changement de circonstances imprévisible lors de la conclusion du contrat rend l'exécution excessivement onéreuse pour une partie qui n'avait pas accepté d'en assumer le risque.
En cas de refus ou d'échec de la renégociation, les parties peuvent convenir de la résolution du contrat, à la date et aux conditions qu'elles déterminent. A défaut d'accord dans un délai raisonnable, le juge peut, à la demande d'une partie, réviser le contrat ou y mettre fin, à la date et aux conditions qu'il fixe.
Chaque situation doit donc être envisagé spécifiquement. Il faut raisonner cas par cas.
Dans cette perspective, il est d’abord impératif de vous reporter à vos contrats pour :
      ATTENTION, lorsque le contrat qui se renouvelle après l’apparition de l’épidémie, il s’agit d’un nouveau contrat qui ne pourra vraisemblablement être admis à la force majeure du fait de la disparition du caractère imprévisible de la crise sanitaire au moment de sa conclusion.   Il faut donc prévoir dans certains cas la renégociation des contrats ou leur adaptation à l’évolution de la crise par des clauses claires et adaptées voire « sur-mesure ».
Share on
By Philippe Veber July 09, 2020

Philippe Veber conseil de Camille Lacourt

Veber Avocats devient le conseil de Camille Lacourt, immense champion au palmarès impressionnant dont cinq titres mondiaux et cinq titres européens. Nous le remercions de sa confiance.

Read more
By Philippe Veber July 06, 2020

Veber Avocats parmi les meilleurs cabinets français en droit du sport

Veber Avocats noté « Excellent » au classement des avocats en droit du sport établi par Décideurs Magazine – Groupe Leaders League édition 2020 pour la deuxième année consécutive

Read more
By Lola Genet April 20, 2020

Chômage partiel et garde d'enfant

Le nombre de salariés au chômage partiel, qui correspond déjà à près de 9 millions en France, va grossir en mai prochain.   Les ministères de la Santé et du Travail ont en effet annoncé, vendredi 17 avril dernier, que les salariés qui se trouvent en arrêt de travail pour garde d’enfants ou en raison […]

Read more
By Philippe Veber April 16, 2020

Covid-19 et difficultés des entreprises - Prévention et défaillances

Le Gouvernement a été habilité par le Parlement à prendre toutes les mesures nécessaires pour faire face à l’épidémie de COVID-19 et à ses conséquences économique, financières et sociales.   A ce jour deux ordonnances impactent directement le régime des entreprises en difficultés :   L’ordonnance n° 2020-306 en date du 25 mars 2020 relative à […]

Read more
By Philippe Veber April 15, 2020

Amazon condamné

L’union syndicale Solidaires (Sud) a saisi le juge des référés du tribunal judiciaire de Nanterre aux fins, à titre principal, de fermeture des entrepôts Amazon sous astreinte d’un million d’euros par jour et à défaut,  de réduction de son activité aux 10 % de marchandises « essentielles » et de diminuer en corrélation d’autant le nombre […]

Read more
By Philippe Veber March 30, 2020

Circulaire du tribunal de commerce de LYON. N'hésitez pas à nous contacter

TRIBUNAL DE COMMERCE DE LYON   LE PALAIS DE JUSTICE EST FERME AU PUBLIC MAIS LE TRIBUNAL DE COMMERCE DE LYON ASSURE UNE CONTINUITE DE SERVICE DANS SA MISSION DE PROTECTION DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE L’impact sur l’économie de l’épidémie COVID19 dépendra bien évidemment des mesures gouvernementales prises en matière d’arrêt de certaines activités et […]

Read more
All our news Affaires